Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de nicnic38

Raid In France 2016

3 Novembre 2016 , Rédigé par nicnic38 et les Yogi Tea Publié dans #Raid

Naissance de l’équipe

Nico : Après la belle édition de 2015, nous étions remontés comme des pendules. Nous avions trouvé l’édition trop courte, et l’on commençait à bien se sentir quand nous avions franchi la ligne d’arrivée… Enfin, on sait ce qu’est la succession de nuits (presque) blanches… C’est de pire en pire… Bref, on y croyait fort… sauf que… sauf que… On ne fait pas toujours comme on veut dans la vie. Pas de Marine cette année... snif snif...

Claire : Ce n’est que fin mai que je rejoins la fameuse équipe DSN 74- YOGI TEA, Marine ne pouvant pas prendre de vacances cette année, ils étaient à la recherche d’une féminine. Ce n’est pas l’équipe qui m’a fait hésiter mais plutôt le RIF qui, de mémoire (2011), n’est pas un petit morceau…

Nico : Ouf, nous sommes 4 !

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Avant course

Claire : Les préparatifs partagés se passent bien, et malgré la quantité de matériel demandé, il n’y pas grand-chose qu’on n’ait pas à la maison (sauf la fameuse pharmacie bien sûr !!).
Ca y est la date approche, les gars descendent un jour avant et ont pu faire toutes les vérifications avant que j’arrive (merci !).

Nico : A force, cela devient une formalité… Fini les migraines de pré-course… Décontraction et sérénité… D’autant que l’on est logé au CREPS de Font-Romeu en pension complète… comme des pros… No stress avec les repas… Un petit coup de stress quand même quand on fait la vérif de la fameuse pharmacie… heureusement, j’appelle Claire, et les boites manquantes sont en fait dans un autre sac… En 2017 on sera impec !

Fred : Ah oui cette avant course c’est vraiment les vacances, nous ne retrouvons que des têtes connues entre les autres équipes et l’organisation. L’ambiance est vraiment décontractée.

Grèg : Oui c’est bien beau de ne plus se mettre la pression comme les premières années de RIF, mais on va finir par arriver en slip l’année prochaine tant on ne sera pas stressé ! Il faut dire que l’on n’a pas trainé sur cette vérif de matériel cette année.

Claire : Moi je prends la route avec les autres DNS : les Hoka, qui emmenés par Manu refond le monde et surtout les éditions des 10 dernières années de raids avec Bill pendant le trajet! L’ambiance est bonne. L’arrivée en pleine nuit est un peu difficile. Le ton est lancé mon lit n’est même pas fait !!! Merci l’esprit d’équipe (déjà une raison de les taquiner un peu !!).

Le lendemain, le samedi, même si nous n’avons pas les vérifs à faire, la journée passe vite. Les parents de Nico nous invitent au resto, sieste, prépa des sacs, puis briefing avec finalisation des sacs pour mettre quelques affaires et surtout distribuer la bouffe : essayer d’imaginer ce qu’on voudra et en quelle quantité à cette transition…. Mais comme on est large, et le poids autorisé est correcte, donc on se lâche sur les ravitos. Pesée des sacs et des caisses à 21h, quelques kilos en trop, on ajuste, puis tout est bouclé. Il n’y a plus qu’à attendre le Start à minuit, en essayant de fermer les yeux, car on sait tous que 2 nuits blanches nous attendent !

Fred : Bon, comme d’habitude, 10kg de trop dans le bidon ravito. Nous devons nous restreindre à 5kg chacun. Ca paraît peu mais cette année nous pouvons charger un peu plus les caisses vtt, montagne ; donc nous sommes rassurés.

Nico : Le parcours dévoilé, on commence à être moins serein… 76 km de trek pour commencer… et un gros VTT… La sélection se fera les premiers jours… La fin de programme est plus ludique avec des sections plus courtes… jusqu’au Kayak final : 69km… Là aussi ça va piquer… On se calme… on va déjà commencer par faire le « prologue »… on verra ensuite… Step by step.

Fred : Oui bien impressionnés par ces grosses sections du début. Juste la première section équivaut au tour des glaciers de la Vanoise, et ça c’est juste la mise en bouche… Bon, mieux vaut ne pas trop y penser…

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

THE RACE

section 1 : CO-Trek

Claire : La course part pour une C.O autour de Font-Romeu, les équipes se croisent et se recroisent. Fred rentre dans la carte et nous fait déjà une belle prestation.

Nico : c’est la fête du slip… ça courre dans tous les sens… On va la faire tranquille cette CO… Vu ce qui nous attend, on gère tout de suite… déjà essayé de rester groupé… C’est pas gagné vu le monde.

Fred : Comme d’hab, je suis bien excité sur ce départ en co mais je m’efforce à ne pas perdre mes co-équipiers, et rester tranquille… surtout que j’ai dans un coin de la tête que c’est en fait le départ de 80km de trek et près de 4000m de dénivelé. Pfff. Calme toi mon Fred. C’est parti !! Le top.

Grèg : La CO du début de RIF c’est toujours un grand moment, perso un départ sage me va bien pour nous mettre dans le rythme des 80 km qui nous attendent.

Raid In France 2016
Raid In France 2016

Claire : Ca y est on est parti pour une belle aventure ! 45 minutes après, on a les cartes pour la suite, direction le Carlit et forcément ça monte. L’ambiance est bonne entre nous, et aussi avec les autres équipes. D’un coup ? on croise Manu et son équipe, on se demande pourquoi ils sont à contre sens du flot. Une balise manquée, ils nous doubleront peu après en rattrapant leur retard.

Fred : Pour le début, je reste très sage en assurant l’orientation. Ca s’enchaine plutôt bien et physiquement je me sens au top. Nous faisons notre course sans nous occuper des équipes de toutes part. Et déjà la progression nous fait quitter les chemins, droit devant dans la plaine, les forêts, les rochers. L’aventure commence vraiment.

Claire : Les premières heures se passent bien, on est une petite grappe d’équipes, puis…. Je rentre dans le dur : le sommeil me gagne et ne veut pas me lâcher, déjà : quelques heures à lutter, à ne pas voir le chemin, à avoir des déséquilibres à chaque pas (d’où l’expression tomber de sommeil !) alors de le sommet est délicat et qu’il ne faut pas tomber.

Nico : Les sommeils flash ont été inventés pour ce genre de situation… Alors on profite… La météo est parfaite.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Fred : Une belle montée au Carlit, de nombreuses lampes scintillent dans la pente raide face à nous.  Malgré les signes de sommeil persistants de Claire, nous restons soudés jusqu’en haut. La descente dans les éboulis m’incite à descendre plus rapidement. Les pierres déboulent à droite à gauche, vite je vais les attendre en bas. Le jour se lève, je me retourne pour voir cette impressionnante descente. C’est le début d’une longue série de paysages magnifiques.

Grèg : Belle descente dans un bel ébouli. Nous sommes heureux qu’il n’y ait pas d’autres équipes derrière nous, ça tartine un peu mais dans l’ensemble ça glisse pas trop. J’ose pas m’imaginer cette descente par temps humide…

Claire : L’équipe est déjà soudée, l’entraide est là, ça fait plaisir mais moi j’ai vraiment du mal… j’attends avec impatience l’aube qui tarde à venir. Les nuits sont longues au mois de septembre !! Enfin le soleil revient et mon corps se réveille. Une grande descente nous attend. Il faut suivre le GR… moi qui pensais que GR ça voulait dire Grande randonnée !! et bien du kaka bloc comme disent les canyonistes… un tracé accidenté au milieu des éboulis, qui font souffrir nos pieds à chaque pas. Mentalement c’est dur, je me demande ce que je fais là, j’ai envie d’être auprès de mes filous… et la suite du parcours ne me permet pas de l’envisager sereinement : 100km de vélos (mes souvenirs de 2011 me rappellent que Pascal aime particulièrement le portage, je me dis que ça va être une bovinante…).

Nico : Heureusement les paysages traversés sont vraiment majestueux. On en prend plein les yeux La descente du Carlit, vaut son pesant d’Haribo… Grosso modo, un gros tas de caillou où l’on est content de ne pas être trop nombreux vu l’instabilité du sentier. Ensuite, les lacs se succèdent et les chevaux nous régalent de leurs robes… Pyrénées isMagic !la petite pause au refuge d’en Beys sera d’un grand réconfort : coca œuf au plat fromage… des choses simples… on se régale… La pause pour les pieds est aussi importante… Aération, séchage, colmatage (si besoin) et protection… Nok mon ami !

Après un long passage à flanc sous la route, nous arrivons au CP 6. Pas de stress avec la barrière horaire, nous sommes larges. Petit contrôle du matos : RAS… On peut continuer… Certains dormiront…

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Fred : Oh oui c’est beau, le jour dévoile un paysage vraiment sauvage. C’est superbe, avec de ci de là ces chevaux. Je suis stupéfié pas leur présence au milieu de ces montagnes, seuls, en liberté. Puis, après un vrai coup de cul, nous attaquons la descente vers le refuge d’en Beys dans un cahot de géants blocs. Avec Nico, nous nous amusons à trouver notre chemin en sautant d’un bloc à l’autre. Mais il faut rester raisonnable, nous savons que la fin est encore loin. C’est vrai qu’il est le bienvenu, ce refuge ! Rassasiés nous poursuivons cette longue descente, pour bien sûr finir par remonter. Encore un bon morceau. Puis un peu plus loin, je propose à mes co-équipiers une coupe.  Enfin, une montée sèche de 350m pour éviter un gros détour. Ils acceptent presque de suite, tous à fond dans l’aventure. Je croise les doigts pour que ça passe, là-haut sur l’arête, ouf c’est bon. Un peu plus loin, je suis moins fière, je fais un mauvais choix qui nous fait faire un petit détour. La nuit tombe lorsque nous arrivons enfin au CP6. Après le contrôle des sacs, nous repartons décontractés, un peu trop même. Je ne sais pas précisément ou je suis, mais les équipes devant nous, me laissent peu soucieux. Mais, peu après, nous butons avec trois ou quatre équipes, en haut d’un vallon qui descend raide dans le noir. Des rhododendrons à perte de vue, enfin de lampe. Personne ne sait quoi faire. Bon allez, je demande l’approbation à Claire de descendre droit dans la pente. Elle se méfie de mes idées d’orienteur tordu. Elle ne sait pas encore à quoi s’attendre et sans trop réfléchir, accepte. Je passe devant, suivi de 3 équipes en file indienne. Je fais la trace en marchent sur les branches à 40cm au-dessus du sol. J’ai l’impression de voler. De nouveau je croise les doigts, de ne pas emmener tout ce monde dans un cul de sac. Car là, impossible de remonter. Ouf, cette option un peu gonflée a marché et nous retrouvons le beau sentier attendu. La suite est longue, tres longue. A plusieurs reprises nous nous arrêtons. Claire n’arrive pas à résister au sommeil.

Grèg : Ah cette petite balade dans les rhododendrons je m’en rappelle, habituellement on y trouve des myrtilles à proximité, bin là que dal . Jamais vu une forêt de rodo aussi épaisse , en plus une nuée de moucherons s’envolent dès qu’on marche dessus . En 2017 j’emporterai des lunettes de plongée et un tuba pour respirer. Claire arrivera même à garder un moucheron dans les sinus un bon ¼ d’heure pas très agréable comme sensation. Après une petite demie heure dans ce fatras de rodo, on est content d’arriver sur un vrai chemin.

Claire : Dans ce trek interminable la deuxième nuit se passe comme la première : l’impression que mes yeux font des mouvements incontrôlés, et je ne vois plus le chemin (mais je vois plein d’autres choses !!) : le sommeil prend le dessus. Les gars m’attendent, me guident pour que j’essaye de dormir debout, mais le moral n’est pas top, je leur proposerai même de continuer et finir tous seuls. Hors de question pour eux de ne pas faire la course à 4. Putain leur esprit d’équipe est tellement beau et fort qu’ils ne me laissent pas bien le choix… Heureusement qu’ils ont des arguments convaincants dans leurs sacs : Haribos and co, Fisherman-friend pour essayer de garder les yeux ouverts, et surtout cette gentillesse et sérénité.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Nico : On n’est quand même pas parti pour lâcher notre invitée au bout quelques heures de course… ça ne se passe pas comme ça chez les YOGI TEA ;-). C’est le contrat moral que l’on passe quand on monte une équipe pour ce genre de course. Chacun vient avec ses envies, son vécu, son physique du moment. On espère que chacun aura fait de son mieux pour préparer l’échéance… C’est toujours le cas… compte tenu des circonstances de la vie. Mais dans tous les cas, il y aura toujours des différences de niveaux… C’est le jeu. Les plus forts aideront… Ils seront souvent aidés par la suite… Sur 6 jours les cartes sont souvent redistribuées… Humilité et cohésion ne sont pas des mots vains. On va donc passer en mode « enjoy the RIF ». Les barrières horaires et les temps de pause reduits seront relégués aux oubliettes… On se gère et l’on vera ensuite… Juste profiter du parcours…

Claire  Je cherche encore la dernière grande descente qui était sur le profil du parcours. Pour rejoindre le dernier CP avant le raft, Fred nous emmène dans une descente de l’impossible. A 2 doigts de nécessiter la corde, sorte de canyon sec pour chamois. L’équipe de Guillaume C a eu la même idée, on prend donc ensemble ce cours d’eau asséché. En bas, on se retrouve décalé et trop bas. Impossible de remonter, et aucun chemin praticable pour rejoindre le CP.

Nico : et là c’est le drame… pas de route à 800m d’altitude… et on descend encore… FATAL ERROR… On tente malgré tout d’éviter cette route coute que coute, mais ce sera impossible… On se résigne à prendre cette maudite route… en attendant la sentence de l’orga…

Claire : On est obligé de prendre un bout de route interdite qui nous amène directement au début du raft. Dur. Pascal et Béa qui ont suivis notre progression, ont le sourire en coin et nous demandent ce qu’on a fait.Pascal nous propose 2 solutions : remonter chercher le CP et redescendre, soit minimum 2 h et avec une fatigue au bout de ces 40h de trek, le risque de ne pas passer la porte horaire, ou accepter la péna qui sera lourde : ne pas compter le chemin parcouru entre le cp6 et cp7 soit environ15h de trek (qui pourtant nous aura bien marqué physiquement).

Nico : On nous attribue la première barrière horaire… mais on pourra faire le raft… et finalement toutes les autres sections à l’exception du Trek en boucle (très très bonne nouveauté).

Fred : Ma grosse bourde du raid ! Cette descente aux enfers sur le mauvais flan de la montagne. Bougre, rien à faire, nous sommes du mauvais coté. Nous tentons de faire le tour à flan par un chemin fantomatique. Mais ça me coûte une lourde chute dans un pierrier. La rupture de cette branche me fait basculer en arrière et finir à moitié sonné par la rencontre de mon crâne avec une pierre… mais que fait-elle là ? Ah oui, nous sommes dans un pierrier ! Les idées remisent en place, nous décidons à contrecœur de faire le tour par la route.

Grèg : Dans cette histoire c’est Pascal le Boss du RIF qui rigolait moins en voyant sur son écran nos basiles GPS et l'autre équipe avec nous. Il devait se demander ce qu’on foutait là dedans sachant que la seule  issue possible était… la route interdite ou la porte horaire.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

section 2 : RAFT

Claire : On décide unanimement d’embarquer en raft après s’être largement ravitaillé. Fred barre d’une main de maitre, on rattrape l’autre équipe de DSN qui est partie devant nous. Un bon moment de plaisir, de fraicheur, qui remonte les batteries.

 Fred : La décision est prise de ne pas faire l’aller-retour à la balise précédente, qui n’est pas si loin, mais nous savons que nous sommes juste physiquement et avons pris le parti de vivre cette aventure à fond sans prendre en compte notre classement.

Nico : Le petit stage de Fred cet été nous a parmi de se faire plaisir dans les rapides (un ton en dessous de ceux de 2012). La transition se fera tranquillement, la chaleur bien présente ne nous donnait pas trop de repartir.

Fred : Ah ! Ce raft ! J’étais impressionné par ce raft qui nous attendait. J’y suis passé dans l’été avec un moniteur à la barre. Et j’ai trouvé ca plutôt chaud. Bon, pas le choix, mes co-équipiers comptent sur moi. C’est parti ! Les rapides se succèdent, entrecoupés de parties plus calme. Un vrai moment de plaisir pour tous. Certes, un peu tendu parfois lorsque ça brasse au loin, mais je m’en sors plutôt bien avec l’aide de Nico qui corrige les écarts. Nous sommes tous les quatre à fond. Un grand moment du raid. La chance nous fait finir cette belle section sans encombre.

Grèg : Contrairement à 2012 où nous avions subit le grade 4 du raft, cette année, c’est un bon moment avec l’équipe, tout le monde contribue dans le bon sens. Ca donne envie d’en refaire avant le RIF 2017. La baignade à la fin du raft est aussi un bon moment avant de repartir sur un long VTT les pieds commençaient à bien chauffer dans les baskets ça va les reposer un peu.

 

Section 3 : VTT

Claire : On apprend que Verena est blessée et que l’aventure s’arrête pour eux. Dur de voir la tristesse sur leur visage. On enfourche nos vélos (ca reposera les pieds, qui sont pas mal amochés, et ce  pour toutes les équipes). 91km au programme. La nuit fut dure, on fait quelques micro pauses. Quel moment de fermer les yeux sur un sol chaud, avec un vent du sud qui nous caresse et une pluie d’étoiles qui fait la magie du moment. C’est pour ces moments particuliers, qu’on aime le RIF. Nos paupières se ferment vite. Une demi-heure plus tard, bip bip, notre capt’ain nous réveille, on repart.

Nico : la première montée est interminable… On alterne poussage et pédalage. Je joue avec le sommeil en poussant les yeux fermant écoutant à l’oreille la position des copains. Ça passe… et ça revient… Il est temps de raconter des conneries, de chanter… De remettre le cerveau en marche… Mais où est ce foutu bouton ON/OFF ? Une fois le soleil revenu, pas de souci… Nouvelle petite pause au refuge du Coll del Torn. On est rejoint par les ROC-Mojitos ;-) on se sera croisé toute la course… des bons moments…

Grèg : Cette année, c’est magique même pendant la nuit on n’a pas l’impression d’avoir froid tellement il fait beau, c’est bon pour le morale. L’avantage du VTT c’est que même quand ça monte fort on avance toujours un peu en poussant, surtout ça repose aussi les fesses qui commencent à regretter le bon siège moelleux du bureau auquel elles sont habituées. Cette section un peu monotone au début nous fera découvrir un beau petit village avec des habitants  accueillants  bien que surpris de notre périple. La fin de section nous réservant une vrai descente en VTT dont peu d’organisations oseraient faire passer leurs coureurs en raid long. Merci Pascal pour ce beau parcours.

Fred : Cette section de 91km et 3500 D+ est très roulante. La difficulté, c’est la durée… c’est long. Dans ce début de section nous sommes étonnés par la rencontre de nombreux blaireaux. Ils courent sur le chemin devant nous pendant de longues minutes, prisonniers de nos lampes puissantes. Puis la monotonie nous gagne, les heures défilent.
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Claire : On avance, le jour revenant, le sommeil est derrière nous. L’arrivée dans un charmant village au petit matin sera un moment privilégiée. Quelques habitants (des 33 qui sont là à l’année), curieux viennent échanger, puis de fils en aiguille, on se retrouve à prendre le café chez une habitante (Will se posera d’ailleurs la question en nous suivant en live, en nous repérant, sans bouger, dans une maison du village). Un moment de réconfort et de partage qui nous aura été salvateur !

Nico : Pas de boulangerie, mais la gentillesse et la bienveillance des gens du village sont de puissante source de régénération physique. On a du mal à partir d’autant que l’on nous annonce déjà le menu de midi… Il faut partir !!! Et vite !!!

Fred : Il n’y a que ce genre de raid pour vivre de telles choses. Manger des petits gâteaux dans un lait chaud au petit matin ! Encore merci à cette charmante dame qui nous a autant réchauffé le corps que l’âme. Et je me souviendrai longtemps de ce voisin qui ; en regardant les cartes, lâchait toutes les dix secondes un « Oh Pu..in » en voyant les distances de nos prochaines balises. Pas vraiment rassurant !  La suite, roulante, nous fait progresser sur la carte centimètre par centimètre ; enfin… kilomètre par kilomètre. Ca n’avance pas très vite sur ces cartes aux 50000 ème. Au refuge du Coll del, une tartine de gros pain avec du jambon cru nous recharge les batteries pour enfin finir.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Claire : Finalement, un vélo roulant, plaisant, avec une p… de descente à la fin, comme on les aime, même si l’attention devait être maximale car le manque de sommeil peut attaquer notre lucidité et il ne fallait pas tomber dans ces singles techniques.

Nico : Top descente en effet avec du single roulant pour commencer puis des épingles de toutes factures un peu expo comme dessert… Gare à la chute… On va quand même pas poser le pied… enfin pas tout le temps… Stay focussed !

Fred : je ne suis pas fière derrière mes trois compères dans cette dernière descente, moi je serre les fesses et je pose le pied à terre à chaque épingle.

Claire : L’arrivée au CP est régénérant : une rivière pour se rincer, des équipes pour échanger et les bidons pour refaire le plein. On reprend le vélo (car nous n’avons pas passé la porte horaire pour le trek) pour 2h en suivi d’itinéraire, avant de s’accorder notre premier temps de sommeil obligatoire : 3h ! Yepa !! Il nous reste donc pour 50km de vélo. Vu mes pieds, ce n’est pas une mauvaise chose.

Fred : La seule section que nous ne ferons pas, un trek nous fait reprendre de nouveau nos VTT après 3 h de sommeil. Un réveil un peu brutal avec une montée de plusieurs heures qui nous emmènera jusqu’au levé du jour. La journée qui arrive est effectivement particulièrement chaude et bien remplie. Entre un cafouillage en orientation dans la forêt de Boucheville où l’on perdra presque une heure, le passage dans des gorges aussi étroites que magnifiques, puis le portage des vtt dans le lit d’une rivière qui enrichira notre cohésion pour se passer les vtt afin de grimper ces pentes abruptes et enfin, finir dans cette fournaise à chercher cette fameuse balise 16 mal placée. C’est toujours ce que l’on dit lorsqu’on ne trouve pas ! En résumé ; Une belle section.

Grèg : Bin moi j’ai rien a rajouter, je garde surtout un souvenir de grosse chaleur sur cette section pourtant bien jolie. On va pouvoir se rafraichir à la prochaine section canyon .

les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E
les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E
les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E
les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E
les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E

les copains d'Intersport et le saucisson de renne de Carine E

Section 4 : VTT

Claire : Joli vélo, quelques clins d’œil spéciaux Pascal (vélo dans le lit d’une rivière, etc…mais juste ce qu’il faut) et un bon coup de chaud. Jusqu’à présent épargné par la végétation, l’altitude et la nuit, on subit un peu la chaleur. Heureusement on rencontre une fontaine et ça ne durera pas. On baisera la pression dans le canyon qui nous attend, qui n’en ai pas un d’ailleurs !

Nico : la dernière fois que j’ai vraiment eu chaud, j’ai fait une hyperthermie… Donc au passage d’un village, ça sera rafraichissement obligatoire… Mais quel bonheur !! On a bien fait car la fin de section sera bien torride, notamment la recherche de la balise B16 bizarrement placée… On l’aura trouvé en partant d’un côté puis de l’autre du ruisseau que notre sentier a coupé… pas pire comme angle d’attaque… Petite séance de tractage pour ne pas trop trainer dans ce four.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Section 4 : Canyon-spéléo-trek

Claire : On baissera la pression dans le canyon qui nous attend, qui n’en ai pas un d’ailleurs ! Petite spéléo puis trek de nuit, avec des passages sur les crêtes. On recroise pas mal d’équipes qui jardinent. Fred prend les choses en main, bartasse un peu, puis on arrive à la balise : seule équipe qui la trouve de nuit !

Nico : la section du raid… Le canyon et la spéléo étant la mise en bouche. Mais le trek… Wahou ! Bon d’accord, nous n’étions pas sur la bonne arête mais cette progression fut un régal… pas vraiment un fil… Juste de quoi te donner envie d’aller voir plus loin…De nuit, entre buis et rocher…the place to be… Mais manifestement ce n’était vraiment pas la bonne. On rebrousse donc chemin. S’en suit un bel azimut sur un petit kilomètre dans la forêt que l’on dira « plus ou moins dense »… Mode sanglier ON… et comme par magie, nous revoilà sur notre fameuse sente de chasseurs

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Fred : Un canyon, cool, mais…. en fait une petite balade avec un peu de nage que l’on prend vraiment cool. Sûrement un peu trop ! Ce coup-ci c’est Claire qui nous trouve trop lent. Les enfants s’amusent… Puis une spéléo. Petite mais vraiment sympa et très variée. Descente en rappel, étroiture, remontée sur corde… Ensuite, le départ pour un trek. Ah oui, avant de partir, une glace ! Oui oui c’est aussi ça le RIF. Le YogiRIF. Go, ça monte, ça monte, pfff c’est long, mais nous avons un bon rythme. Il fait nuit lorsque nous arrivons au roc de Sagne. Beaucoup vont se souvenir de cette nuit. Avant même d’arriver, nous savons que ça va être Hollywood. Des lampes partout sur la montagne qui nous fait face. Allez, CP26, et nous attaquons la montée. Après le bascule de la crête nous croisons les espagnols, Eh hop B19 dans la poche, puis il faut traverser un plateau en suivant une mini trace de chasseurs. Nous croisons une équipe française qui nous informe que les espagnols leur ont dit qu’il n’y avait pas de passage. Tututu, nous on y va ! L’équipe française se met à nous suivre, du coup ! ça avance à droite, à gauche. Bon, mon coté orienteur commence à me titiller, et cette équipe qui nous colle aux basques… grrr. Arrivés dans une clairière, je fais comprendre à mes compagnons de faire mine de ne pas trouver la suite. Bien sûr j’ai vu par où il faut continuer, mais je fais semblant de chercher à l’opposé… 5-10-15 min passent. Bon ils partent, oui ou non. L’avantage au RIF, nous avons le temps !  Voilà, ils ont fait demi-tour. Ni une ni deux nous filons pour la suite. Ca avance bien quand, bien sûr, des lampes derrière… pas dupe les gars ! Bon, tant pis, on continu. Nous arrivons à un plus gros chemin qui nous barre la route. A droite ça monte, à gauche, une descente? Allez, à droite ! On cherche une arête qu’il faut suivre jusqu'à la balise. Eh, oh, une arête, ça me va bien. Nous suivons donc ce plan incliné qui fini dans le vide. Ca devient de plus en plus aérien. Avec Nico nous somment dans notre élément, le pied ! Claire et Greg sont un peu moins à l’aise, surtout que la progression devient de plus en plus périlleuse. Bon, devant cette situation, nous décidons à contrecœur de faire demi-tour. Mais avant ça, la petite photo souvenir au bord du vide ! C’est les vacances ! De retour sur le chemin, nous rencontrons toute une flopée d’équipes qui nous disent que cela fait des heures qu’ils tournent dans cette zone. Ils décident de descendre un peu et de dormir là pour attendre le levé du jour. Ca ne me plait pas bien, nous nous en sommes bien sorti jusque là. Je suis sûr de moi pour la direction, mais un mur de végétation nous barre la route. Après une courte réunion interministérielle, nous décidons « droit devant » entre ronces, taillis, arbres, buis, le tout, très dense. Ils sont fous de m’écouter ! Heureusement que la fatigue leur fait perdre la raison… Je sais que c’est par là, mais je suis anxieux car ça peut durer longtemps. Sur du 50000ème… 20min ou 5h, difficile à dire. Je ne dis rien d’ailleurs ! Mais la chance est avec moi. Une heure plus tard nous sortons de cette forêt vierge. Je ne vais pas me faire lincher ce coups-ci. Puis très vite, des marques, des rubalises, des cairns. Cool, la balise est toute proche. Nous réveillons les guides à notre arrivée au CP22. Une superbe tyrolienne spécialement montée pour le RIF ; Un grand moment, de filer sur ce câble dans le noir pour arriver à ce petit point de lumière sur la paroi d’en face. C’est un guide qui nous réceptionne. Une montée en via ferrata, et nous voilà au château de Peyrepertuse. Trop bon, trop fort, trop beau. Nous somment fiers d’avoir réussi notre coup. Nous apprendrons par la suite que nous sommes la seule équipe à être passé de nuit. Je me relâche, je laisse Nico chercher la balise du château puis il faut juste redescendre au village en dessous. Là c’est le drame ! Je suis Nico, Nico me suis, un cairn qui n’est plus et nous voilà à descendre un chemin avec un panneau indiquant le nom du village. Mais au fur et à mesure que nous descendons, je me dis que nous ne descendons pas du bon côté. Plus bas, trop bas, au grand désarroi de mes co-équipiers, je décide de faire demi-tour. Il faut remonter au château. Ca gâche un peu notre satisfaction. Arrivés au château et une bonne heure de perdue, nous trouvons le chemin au cairn fantomatique que Nico reconstruit. Notre bon samaritain est toujours là ! Une descente très raide et une envie de dormir de l’ensemble de l’équipe, nous mènent péniblement à AT7. Enfin, un bon somme dans une salle de sport, top chrono pour 3h, nous permet d’attendre le levé du jour. Nous voilà retapés.  Nous préparons nos vtt lorsque les équipes qui ont passé la nuit là-haut arrivent…

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Claire : Les autres attendront le petit matin pour la trouver. Une tyrolienne nous attend pour rejoindre le château, il est 3 heures du matin, on est parti depuis 25h, il est temps de rentrer au CP au village éclairé que l’on voit. On est content et pressé ! Mais trop facile ! On l’aurait bien brulé la pancarte du GR nous indiquant le village : on descend, descend, 400m de déniv’ et là Fred nous dit : il faut qu’on remonte au château ce n’est pas le bon versant !!! On a tous les pieds en vrac, et l’énergie n’y ai pas. Greg rentre dans le dur… finalement, on se couchera à7h, avec comment dire… une bonne journée de 29h, c’est ça la magie du RIF : les journées sont plus longues !!

Grèg : Grosse section que ce trek qui devait être superbe de jour, de mon côté tout se passe bien , même si on met du temps à trouver cette foutue balise au CP22 j ‘ai confiance en notre équipe et en Fred. Le plus dur n’est pas le mode sanglier qui dure 1 petite heure , ce fut la descente à l’AT 7 en mode zombie pour moi. Jusque là le peu de sommeil ne m’avait pas trop embêté mais là c’est dur de lutter. Bon d’accord la descente est un peu technique donc les micro pauses en dormant sont pas autorisées, mais quand il faut remonter ces 400 m+ de trop je sens vraiment que le pilotage automatique c’est enclenché je ne suis plus mes coéquipiers mais leurs frontales qui avancent. Bref il était temps qu’on arrive à l’AT où je me jette dans le duvet sans même manger . De toute façon je peux pas j’ai le bide en vrac , j’espère que le sommeil arrangera cela. Euh bin au réveil je me souviens vite du mal de bide que j’avais en arrivant. 

Nico : Pfff, la fatigue est mauvaise conseillère… On cherchait un cairn…On aura mieux fait de ne pas trop se poser de question en voyant les lumières du village… La dure vie du raideur où chaque décision remet en cause tout l’édifice déjà construit… AT providentielle où l’on peut dormir sans préparer son matos… Salvateur… Les mecs dorment direct, je partage un aligot avec Claire… Un vrai bonheur… On peut dormir tranquille… 3 heures complète.

Section 5 : VTT

Fred : La suite en VTT sur 17km se déroule assez bien, bien roulant. Nous arrivons vite au trail, canyon.

Section 6 : Trek-Cordes-Canyon sec

On se retrouve dans un canyon sec. Nous sommes devant avec Nico. En tant que grands gamins nous planquons la balise B22. Nos copains de DSN passent tandis que Nico a la balise sous son tee-shirt. Bahh la bonne blague, tout le monde se marre. Vive les vacances, ah, non, c’est un raid ! bon, on continu… Nous arrivons au Château de Termes où l’on cherche la balise alors qu’il y a une carte qui indique l’emplacement !! Pas bien frais !! Une petite descente dans les taillis nous mène à deux beaux rappels, qui nous font descendre dans un beau canyon que Claire connait. Super beau, sauf que là, il n’y a pas d’eau !! Juste quelques vasques à passer. Claire me fait voir à quel niveau est l’eau habituellement. Dommage, ça aurait pu être top ! Bon, les premières vaques sont évitées avec grande agilité. Juste les pieds ! Nous avons retiré nos chaussures, pas question de les mouiller ! Mais notre expérience nous met en garde. Dans ce genre de situation nous finissons toujours trempés !! Eh bien, devinez quoi ? Oui une grande vasque pour finir et pas moyen de l’éviter, il faut se mettre à l’eau ! Bien qu’il fasse chaud, difficile de s’y plonger, elle est glacée ! Tout le monde passe puis c’est à moi, et là, le déclic, j’ai un gros sac poubelle dans mon sac. Ni une ni deux je mets toutes mes affaires dedans et je passe avec le haut du corps sec. Je passe pour le traitre de la bande pour ne pas avoir donné l’idée avant. Mais voilà avec un cerveau qui marche à deux neurones à l’heure…

Claire : On repartira en vélo. On sait que le reste devrait s’enchainer vu les distances plus courtes. Le petit canyon (qui est sec, voir croupi) fut partagé avec l’autre équipe de DSN, on discute, on se relâche, on profite.

Nico : petit jeu de cache-cache avec les vasques pourries du dernier canyon… On a perdu… Certains prendront le temps de protéger leurs affaires avec plus ou moins de succès… Who care’s?

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Section 7 : VTT

Nico : Un dernier VTT que l’on saura apprécier… Avec la tombée du jour, et le vallonnement, je me dis que ce sera la dernière occasion de se servir de ces cuisses, je sors l’élastique et motive la troupe pour profiter des dernières lueurs du soleil… un bon moment… On se motive et la première moitié va passer comme une lettre à la poste… De nuit, ça devient plus tricky… notamment la balise B27 dans la forêt, mais Fred est concentré et ça passe tout seul… La fin de parcours est plus monotone et surtout il y a eu un débalisage sauvage… On trouvera quand même l’Aude et les Kayak.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Fred : Voilà une bonne transition. Enfin, pour nous cette année, une bonne transition est une longue transition !! C’est parti pour la dernière section VTT de 40km. Le début va vite, petite excitation avec Nico, nous pressons le rythme, je vois une zone pas très évidente sur la carte et j’aimerais y passer avant la nuit. Les balises passent, la nuit est là, comme l’envie de dormir. 15 min de dodo et nous attaquons une section en poussant le vtt. Puis la fameuse B27 qui aura donnée quelques difficultés pour certain. Je m’applique et la chance nous fait rapidement tomber dessus. Encore une heure et c’est fini pour le vtt.

Section 8 : Kayak

Claire : Ca y est, on arriveà la dernière section : 69km de kayak. On attend le petit jour pour partir pour lire la rivière qui présente quelques petits rapides, mais sans beaucoup d’eau (on a dormi un peu plus car on n’a pas attendu le reveil !!).

Nico : P… de réveil… qui a du sonner quasiment 1 heure… Mais bon personne ne c’est plaint… bizarre non?

Grèg : Quoi un réveil, moi j’ai rien entendu. Bin normal avec les boules caisses en raid c’est le sommeil garanti en moins de 1 min.

Fred : Bon, que faire ? Partir de suite, avec ces petits rapides annoncés qui risque de nous mettre à l’eau ou faire un beau dodo ! Aucune raison ne nous motive d’un point de vue classement, pas de changement possible… Alors on dort un peu, non ! Bon le peu nous mène effectivement au petit jour, mais nous passerons les petits rapides plus sereinement.

Claire : Puis la rivière se calme et le pagaillage se fait sentir. On s’endort en pagayant. Greg a de fortes douleurs, Nico a mal aux épaules avec sa pagaie creuse ! Notre répertoire de chanson ne sera pas assez fourni pour nous tenir toujours éveiller.

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Nico : Une vraie catastrophe cette équipe… je me suis senti parfois un peu seul, avec mes chansons à la gomme… Il faudra préparer une playlist pour la prochaine fois avec révisions  avant la course… On s’accorde une première pose de 30 minutes à un peu plus de  mi-parcours… Les Roc-Moritos vont en profiter pour nous rejoindre et nous mettre la pile avec leur pagaies de 10kg… bravo!! De notre côté, on se traine moins qu’avant la sieste mais ça pas trop ça… Claire va tester ma pagaie… Avec une pagaie plate, 45 minutes vont me permettre de me détendre durablement les trapèzes et finir le parcours à bloc (petit bloc). Cerise sur le gâteau, mes parents sont venus nous encourager sur le bord de l’Aude… Ils avaient été précédé par le beau-père de Claire…

Grèg : Décidément le canoé et moi ça fait 2 . pourtant j’en avais fait des séances en Aout, mais là au bout de 6 – 7 heures, un genre de contracture au trapèze gauche m’oblige à faire des pauses d’1 min. Pauvre Nico qui pendant ce temps galère à essayer de prendre l’aspi du canoé de Fred et Claire. Heureusement la petite transition pour rejoindre la mer me fera un peu récupérer.

Fred : 69km c’est long, les dix premiers kilomètres sont ponctués pas des petits rapides qui nous amusent. Je pagaie avec Claire et ça se passe plutôt bien. Mais la durée nous lasse. Je vois la carte, enfin les 3 cartes A3 que l’on traverse en diagonale… pfff. Je n’ose même pas dire où l’on se trouve aux autres. La monotonie nous gagne. Nico, s’emploie à nous motiver, Il chante comme lui seul sait le faire, mais tout le monde dort. Bon, il faut vraiment que je me mette à la chanson. Promis l’année prochaine j’aurai un répertoire.

Claire : Arrivé au dernier CP 33, on s’accorde une petite pause pour manger, et se faire manger par les moustiques… grrr !!

Nico : on se serait presque cru en Ecosse… presque…

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Fred : Après 13 bonnes heures, nous voilà au CP33. Bientôt la mer et donc la fin. Mais comme rien ne nous incite à nous presser, nous décidons de manger un peu. La pause ne sera pas très plaisante avec ces milliards de moustiques qui nous assaillent. Pantalon, manches longues et buff sur la tête nous repartons de force pour le dernier tronçon. Voilà la mer, fini les moustiques bonjour la nuit ! une petite houle de travers et une grande discussion commence avec Claire qui est persuadée que les lumières sur l’eau un peu plus loin sont des concurrents. Je lui dis que c’est des bateaux de pêche mais pas moyen. Pêche, concurrents, pêche, concurrents…. Je fini pas dire que oui oui c’est des concurrents. C’est cool ils ne bougent pas, donc on les double. Trop fort ! Encore un peu et nous doublons dix équipes. Bon elle est un peu déçue lorsqu’elle se rend compte que c’est effectivement des bateaux de pêche, mais ça nous aura occupés un moment. L’arrivée est toute proche. Une dernière balise sur une petite dune de sable est nous sommes à l’arrivée. Tous ensembles après cette grande aventure.

Claire : Quelques kilomètres de mer, et c’est l’arrivée. On profite de ce dernier moment ensemble. Un moment particulier avec une équipe formidable, toujours dans la bonne ambiance,  pour qui le mot équipe résonne de tout son sens.

L’arrivée fait monter de l’émotion, de la satisfaction, et du bonheur d’avoir partagé ces moments d’aventure dans cette équipe, car le RIF pour moi c’est ça !

Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016
Raid In France 2016

Arrivée

Nico : Quelle belle aventure… difficile de se dire que c’est déjà fini… On commençait à bien être dans le rythme. On a su créé une belle cohésion alors que l’on ne connaissait que peu Claire… Avec les deux gars je n’étais pas trop inquiet, mais on a toujours un doute de partir sur ce genre d’aventure sans trop de repaire… Merci Claire de nous avoir fait confiance surtout lors de la première journée où les doutes t’assaillaient… On part à 4 et on rentre à 4… C’est l’essence du raid multisports. Et puis le programme de Pascal est toujours si copieux somptueux que c’est dommage de ne pas boire la coupe jusqu’à la lie… Encore une fois la famille Raid In France aura su organiser une belle épreuve. Les bénévoles sont toujours accueillants et bienveillants. Aux CP ou aux AT, on est sûr de trouver un peu de réconfort, de passer un moment sympa… C’est même parfois dur de repartir…

Grèg : Cette année encore c’est une superbe épreuve que nous a concocté Pascal le Boss. Chaque année la difficulté et placée sur un critère précis. En 2012 le côté technique montagne et raft, en 2015, une première section difficile en CO sur une carte peu précise. Cette année l’accent était placé sur les sections de départ très longues et traumatisantes pour les pieds. Mais quel bonheur de pouvoir boucler toutes ces sections ludiques de fin de raid. Un grand merci à Claire qui a bien voulu nous accompagner sans avoir jamais couru avec nous. Merci à mes 2 compères habituels qui savent maintenant gérer mes coups de moins bien. De mon côté , l’allure un peu moins soutenue que les autres années m’a permis de finir . Cette année la forme n’était pas au rendez vous , mais le plaisir de repatir était intact. Il faut aussi remercier tous les bénévoles sans qui cette épreuve n’existerait pas . Sans oublier nos fidèles supporters que sont les parents de Nico , toujours aussi impliqués pour nous suivre mais aussi très discrets dans notre phase d’avant course où nous ne sommes sans doute pas très loquaces .

Fred : 142H que nous sommes partis, et c’est déjà fini, bouhh. Nous formons une belle équipe. J’avoue qu’au début j’étais déçu par notre faible rythme et de dormir si souvent. Mais assez rapidement j’ai abordé cette édition sous un autre angle. Ca m’a permis de profiter pleinement de ce raid et donc d’apprécier chaque instant. Bon ça ne m’a pas empêché de faire des bourdes en orientation, ni d’avoir des coups de fatigue. Mais c’est aussi la première fois que je me sens aussi bien. Un très grand merci à toute mon équipe. Un grand merci, tous au top.

Claire : Le petit plus, wil est descendu avec les enfants, c’est bon de les voirs, meme si le lendemain matin le reveil fut dur par des loustics qui n’ont pas décidé de faire grace mat’ et qui me saute dessus. Visage tiré mais souriant, On se remet, range, reparle des anecdotes, et gardent des souvenirs pleins la tête. Merci a mes coéquipiers de choc, un très beau raid a vos côtés.

Raid In France 2016
Raid In France 2016

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article