Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de nicnic38

Raid In France - 2011 : Voilà les VTTs...

19 Septembre 2011 , Rédigé par nicnic38 Publié dans #Raid

Section 3 : VTT (88km et 3700m D+)

 

Sam : Altitude 300m. Après avoir équipé les vélos de pédales, de l'éclairage, du porte-carte, du tire-minette, (eh oui, tout ça à monter/démonter à chaque transition!) nous faisons les premiers tours de pédale, impatient d'en découdre avec ce gros morceau de 88km, annoncé en 20h pour les meilleurs. Je découvre déjà que mon éclairage arrière à disparu. C'est bien parti!

Je m'applique à m'imprégner de cette carte au 1/50000, mais décidément, c'est vraiment pas facile. Tout est petit, pas de détails pour se repérer, peu de contraste sur la carte. Mais on ne s'en sort pas trop mal. On attaque le premier col d'une longue série : le col de Sonnaize (782m).

 

j0

 

Et déjà, le premier portage. On enchaine par la descente pour attaquer ensuite le Pas de Bouvaret (1132m), que l'on voit de loin sur une majestueuse crête rocheuse dans un style typique du Vercors.

En fond de vallée, une équipe nous indique que la route est interdite. Mince, c'est vrai, il faut gérer cette contrainte, qui rend la progression bien plus délicate. Nous empruntons donc le GR qui nous fait alors faire un détour et du D+ supplémentaire.

On n'a pas tracé l'itinéraire avant de partir, ni vérifier les routes interdites, nous voilà punis. En plus, le chemin qui monte au col est difficile à trouver. On n'est pas dans le coup, il va falloir se resaisir.

Nico : cette carte au 50 000ième c'est toujours un peu spécial... les chemins sont "aléatoires" et c'est surtout la direction qu'il faut prendre... On ne parle plus d'orientation mais de navigation... peut importe l'objectif pourvu qu'on ait le cap!

Un long portage plus tard, nous voilà au col, petite pause, on trace la carte pour la suite.

 

j1

 

Belle descente assez raide en épingles. Première pause pour recharger en eau dans un torrent. On attaque les tablettes de micropur. On remonte ensuite en direction du col de la Bataille, 1313m, (en passant par le Col du Lion 1192m), toujours en évitant les nombreuses routes interdites.

On bascule ensuite vers le plateau d'Ambel, magnifique zone d'alpage du sud-vercors. Traversée du plateau sans encombre, puis montée sur la montagne d'Ambel, une crete qu'on longe vers le nord, avec un coucher de soleil mémorable. Pour un peu, on serai restés, posés dans l'herbe, à admirer ce ciel flamboyant. Mais on n'est pas d'ici.

 

j2z.JPG

 

Nico : Dommage que nos photos ne rendent pas bien, mais je crois que c'était le plus beau coucher de soleil que j'ai jamais vu... j'espère pouvoir trouver des photos de ce coucher de soleil dans le CR des autres équipes...

Sam : Au Pas de la Ferrière, 1456m, il est temps d'allumer les frontales, et surtout, d'attaquer notre première nuit. On se concentre, et on vise le sommet du parcours, le Pas de l'Infernet, 1692m. Une trace direct nous permet de rejoindre 4 équipes ayant fait le « tour » de la montagne. C'est bon pour le moral. Pour tout dire la quasi-totalité de le montée s'est faite en poussant ou portant le vélo. Eh oui, c'est chemin de randonnée (GR ou autres) ne dont pas fait pour VTT. Bref, on doit viser Font d'Urle, haut lieu du ski de fond du vercors meridional. Des années qui je voulais y venir, ca tombe bien. Mais la nuit, même suivre un GR devient difficile, le chemin est peu marqué dans ces zones d'alpage, et les marques assez espacées et non réfléchissantes. Nico repère un piste bleue et nous convint de la suivre. Erreur, le CP est à un pylone au dessus de la station. Nous ne l'avions pas repéré au traçage. On monte au CP sans les vélo pour gagner du temps en crapahutant. Malheureusement, il y a une vérif matos. Et hop, un tour gratuit pour Nico et moi, avec portage de 2 vélos chacun. Purée, on est trop sympa...

Nico : Mea Culpa! le road book... il est pas fait pour faire joli mais a une réelle utilité... Tout au long du raid, c'est un point que l'on aura du mal a gérer... Point a améliorer pour 2012.

Sam : Bref, pas là dessus, nous n'avons pas nos tentes, qui pourtant cont obligatoire sur cette section (faut voir la liste du matos, qui varie à chaque section, faut etre polytechnicien pour s'y retrouver).  15Min de pénalité, à purger sur place, ouf, ce n'est pas trop sévère. On en profite pour manger, miam miam

Laurent : des lyophilisée MX3 de chez Running Conseil Clermont.

Sam : De toutes façons, on mange tout le temps, c'est l'avantage de ce raid. On repart sur le plateau, pas évident de s'y retrouver. Beaucoup de chemins ne sont pas sur la carte. Pas du Follet, puis Cretes de la Gagère, Pas de la Trappe, où on rejoint la foret. Col de Font Payanne.

Ouf, on a enfin terminé la première carte A3 de cette section VTT, en une bonne dizaine d'heures... On file au Pas Boullanain, descente un peu wild pour rejoindre la route forestiere. Remontée au Col de la Chau, 1447m, qui va nous faire basculer du Vercors vers le Diois.

Grosse descente, mais peu roulante, qui nous mène près de 1000m plus bas. A partir de là, une petite section m'est familière (pour l'avoir pratiquée un mois auparavant au hasard de vacances...), ce qui me permet de me reposer un peu de cette satanée lecture de carte. Arrivée à Chamaloc. Si beau entre ses champs de lavandes qd ceux-ci sont fleuris. Vers 2h du matin, c'est moins vrai... Col de Romeyer, encore un. On ne compte déjà plus... Balise suivante le long d'un ruisseau. Mais là encore, l'échelle de la carte ne permet pas de savoir exactement comment attaquer la balise. Il faut tater le terrain, trouver le bon chemin. Et ca prend tjs un petit peu de temps... Mais on y arrive!

Ensuite, on suit les instruction du Road Book. Mais, nous sommes déjà à 24h sans sommeil, et nous perdons certainement de la lucidité. On est sensé remontée un ruisseau, mais celui ci est obstrué par des friches. On essaye d'autres itinéraires, en prenant large. Rien de va, on ne comprend plus rien. Pas de traces de VTT en plus. Grr, au bout de plusieurs dizaines de minutes et de moult essais, le desespoir nous envahi. Et puis, nous croisons un équipe qui rebrousse chemin. Moral dans les chaussettes, la balise suivante a l'air introuvable, ils abandonnent. Mais nous indique le moyen d'acceder au fameux lit du ruisseau à remonter. Ouf, une galère de terminé.

Nico : le départ du ruisseau peu engageant était en fait bien plus loin et il fallait juste insister un peu plus... Un fouineur aurait été le bienvenu pour aller grater un peu plus loin...

SAm : Mais la suivante n'est pas loin. Effectivement, la balise est sur une ruine au milieu d'une foret.

Laurent : La balise 10 la balise de la mort

 

j3

Yannick in the wood!!!

 

Sam : L'indice est qu'un arbre mort dépasse de la canopée. Mais de nuit sans lune, impossible à reperer. Après un temps interminable à jardiner (et à porter le vélo!) dans ces ravines envahis de broussailles, nous décidons d'attendre le lever du jour qui n'est plus très loin. L'énervement est assez haut, c'est peu dire. De nombreuses équipes sont avec nous. Nous poursuivons dans le sens de la course, et tombons sur un chemin non carté, qui nous mène à une intersection. Et là, ca ressemble mieux à la carte. On envoi donc Nico descendre le chemin qui semble aller dans la direction de la balise.

Nico : Je descends avec un XTTR et après avoir crapahuter un peu on tombe sur Yannick des Ch'tis... On embrasse la même cause et on commence la battue... On commence a se désespérer de trouver quand 2 gars nous "donne" la balise... C'était encore plus bas... et plus a droite... On trouvera le fameux arbre... et la ruine... Fallait vraiment y croire!!! et de nuit je comprends que certains se soient desepérés...

Sam : C'est long ( j'ai pas trouvé), mais on le voit remonter avec le précieux sésame qui nous maintient en course. L'aigreur est important du fait de cette balise « kermesse », mais il faut se ressaisir et reprendre la course, qui est encore longue. Déjà, cette section qui nous mène vers Chatillon en Diois, réserve encore des difficultés : col de l'Abbaye, presque roulant, puis col des Caux, 500m de D+ de portage dans un chemin étroit. Ensuite la course emprunte des sentes parfois aériennes en balcon du Glandasse. Mieux vaut ne pas zipper.

 

j2a

 

Et surtout non roulante, ca monte, ca descent, c'est plat, mais ca ne roule jamais. Plusieurs heures sans poser les fesses sur la selle. C'est rageant. Pourquoi on nous fait passer là???? Col Gorodel. On attaque la descente vers le CP de transition. Mais c'est encore galère, la carte ne correspond pas du tout à la réalité, il faut naviguer à vue pour se diriger vers la rivière qu'on voit en bas. Vers 12h?, enfin la fin, on arrive bien entamé après cette section de 22h, et 32h depuis notre dernier réveil...

 

j4

      Un CP bien mérité

Nico : Avec la chaleur qui commence a être bien présente, une pause s'impose...

      j5

      L'ombre est la bienvenue pour passer en mode "marcheur"

 

Pas trop le temps de se poser!!! Le trek-spéléo-trek-canyon nous attends!!!

 

j6

C'est reparti

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alexis 22/09/2011 21:36



Euh... doucement mais surement :-)



nicnic38 22/09/2011 22:14



long est le chemin jeune Padawan ;-)


Mais grand satisfaction tu auras quand toutes les étapes franchies tu auras ;-)


KEEP ON GOING!!!!



Emilien 21/09/2011 18:51



T'inquiètes Alex, on y viendra un jour, puisque tu réclames ... ;-))



nicnic38 22/09/2011 00:08



vous faites les métier les gars... step by step... c'est super!!


le RIF ou le circuit ARWC est bientôt pour vous!!! 2012????



Alexis 21/09/2011 10:28



Sympa cette petite virée en VTT...22h00 de vélo (enfin de poussage, portage, pédalage quand c'est possible), ça, jamais encore fait !



nicnic38 22/09/2011 00:08



tu verra c'est boooooooooooooooooooooon enfin quand ça s'arrête ;-)