Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de nicnic38

Raid In France : dernière section de VTT (100km - 3700m D+)

16 Novembre 2011 , Rédigé par nicnic38 Publié dans #Raid

Sam : Après ce magnifique rappel au lever du jour (Laurent : et un super petit dej. lyophilisé), nous arrivons à la transition VTT.

Quel jour sommes nous? J3? J4? J5? Mardi? Samedi? Tout cela n'a plus d'importance, nous sommes immergés dans la nature.

Chacun de nous 4 sait que cette section est la "dernière", qu'elle va nous amener à Buis. Mais, avec 100km et près de 4000m de D+, personne n'ose s'avancer pour dire qu'on tient le bon bout. En reprenant la carte, je me rends compte que c'est la n°10. Il y en a 15 en tout! C'est tout dire.

Les gestes de transition sont désormais rodés : préparation des VTT, vidange des poubelles, préparation de la carte, trouver de l'eau. On prend notre temps, on discute avec les louvettes, avec lesquelles on va faire un bout de chemin à vélo. De nombreux petits cols à passer. A l'occasion d'un choix d'itinéraire, nous nous détachons avant de filer à Saint Nazaire le désert. Ce petit village sur notre itinéraire a des allures paradisiaques : une énorme fontaine pour faire trempette, et une épicerie ouverte!

 

j503.JPG

 

Laurent : elle ma sauvé la vie cette fontaire car j'étais vraiment HS et la petite baignade m'a fait du bien  Je laisse mes coéquipiers présenter le menu, mais c'est un régal!!! On se dit qu'on aurait du prendre + que 20€...soirée open bar avec maxi glace

  

Il faut repartir, et après m'être fait confirmer par mon cap'tain les routes interdites, nous en empruntons une petite route pour rejoindre le col de Chamauche.

Nico : Pour le coup le capitaine il était complètement azimuté… On va prendre une belle route de montagne (rétrospectivement interdite) avec le col en point de mire… enfin un col… Rude passage où tout le monde semble se mettre en mode sieste… Il fait bien chaud et c’est super monotone… Il est donc l’heure de sortir les petits jeux qui connectent les neurones… Très efficace et on passe un moment où on se marre bien… Un peu comme si nous étions sur un nuage… nous arrivons finalement au col.

 

Sam : Alors que nous devons tracer la suite de l'itinéraire, Carine et Lolo s'offrent un petit sommeil. A peine la section tracée, je lache prise pour les rejoindre, comptant sur Nico pour nous dynamiser.

 

Nico : [mauvaise foi : ON] A bon ce n’est pas toi, Sam, qui devait mettre l’alarme [mauvaise foi : OFF] De mémoire, personne ne s’est plaint d’avoir trop dormi…ouf !

 

j505.JPG

 

Sam : Mais c'est seulement après un temps indéterminé que nous immergeons : 1h? (Nico : un peu moins)

Les Belges sont là. Nous sommes à l'heure la plus chaude la de journée. Et repartir est difficile. L'orientation est brouillonne pour rejoindre le col Martin, puis la crête de Longue Serre. Bonne descente ensuite, pour le vélo pour une fois, pour arriver sur le Motte Chalancon. Je ne sais pas si c'est la carte ou si c'est moi qui est embrouillé... mais qu'importe, suivons la direction. Une bonne inspiration nous fait arriver pile où il faut semble-t-il... mais la balise n'est pas là. Avec la fatigue et le manque de lucidité, il est difficile d'etre sûr de nous.

 

Nico : Avec Laulau, nous allons voir au bout de la piste… Rien… Mais tout coïncide sur la carte !!! Nous sommes à l’entrée d’un village… nous aurait on volé la balise ????

 

Sam : Après recherches, on file au CP pas loin pour en savoir plus. En bien la balise avait bien disparu juste avant notre passage... (Et pour petit tour chez le doc. pour essaye de soigner un début d'infection urinaire... pas cool)

En tous cas, côté porte horaire, on est bon. On sait qu'on fera l'intégralité de la section.

 

Nico : les copains de raid74 sont là… Leur motivation est intacte malgré la fatigue. Il semble bien parti pour finir sur le podium.

 

Sam : On dévore un bout de pizza sorti de la boulang, et reprenons route. Col de Maréoux, col de la Fromagère (miam) avec les XTTR63. Carine découvre qu'elle est déjà passée là lors de la Buiscyclette. On attaque la plus belle (et unique) descente du raid. Ca tabasse un peu, mais que du bonheur. Arrivés à Rosans, le jour se termine. La nuit va être longue. On retrouve les russes qui ont fait tout le parcours et jouent le podium.

 En reparlant de la Buiscyclette, Carine me fait espérer un tracé simple et roulant…Mais même s’il fait nuit, il ne fallait pas rêver… Et on aura droit à du Raid In France jusqu’au bout…

 

Sam : Après la B33, en pleine nuit, je fais une énorme hubnonade (de son inventeur Sam HUBERT au SFR Chambéry de 2003). Il s'agit de repasser au même endroit sans s'en être vraiment rendu compte. Tourner en rond quoi... (c'était le jour de la marmotte, bien sympa ;-)). Pfff j'ai la rage. Ca nous vaut de refaire un long poussage de vélo. De nouveau sur le bon chemin, cap'tain décide de faire une sieste. Ca ne m’arrange pas vraiment  car je n’ai pas sommeil (!!). (moi si).

Désolé, Sam mais le reste des troupes avaient besoin de ça…et avant la crête, il m’a semblé que c’était un endroit à l’abri du vent...

 

Sam : Je regarde des trains de 4 frontales passer. Ils nous voient avachis sur le bas coté de la piste. Chacun son tour.... Au programme, la traversée de la montagne Clavelière. Au loin, l'orage gronde, les éclairs font flamboyer le ciel. C'est magnifique, mais pourvu que ca nous tombe pas dessus!!! Par chance, on passe entre les gouttes. L'orientation à la montée, malgré un carte ni fait ni à faire, se passe bien. Beaucoup moins bien pour la descente...

Pas simple cette dernière nuit de course… Sam tient le choc à la carte malgré tout… Je fais l’effort de retourner voir s’il n’y avait pas d’indication à une bifurcation que nous avions croisée quelques minutes auparavant. Avec un peu plus de lucidité, on aurait pu regarder attentivement en passant !!! Ça nous confirmera la direction que nous avions choisie… Rassurant. On croise la troisième équipe de Raid74 qui dort… les veinards ;-)

 

Sam :En plus crevaison... chambre à air de route (désolé)... On va mettre un temps fou pour atteindre St Auban sur Ouvèze. Buis n'est pas loin, mais il n'est pas prévu qu'on prenne la route directe…

 

j506.JPG

 

Après avoir fait le plein d'eau, nous repartons en longeant plus ou moins la rivière. Là encore, mieux vaut se fier à la direction qu'à la carte... Trouver une ravine à remonter. LA chose est impressionnante éclairée par nos frontales, monde 100% minéral avec un couleur irréelle. Ou alors c'est moi qui suis irréel? On rejoint une équipe qui dort. On fait de même. Combien de temps? 25 minutes?

 

Nico : 30 minutes exactement, Suunto certified ! La sac à dos n’a pas besoin d’être ôté, il sert de dossier.

Sam : Le lever du jour n'est pas loin. On trouver les louvettes avachies, on leur taxe une chambre à air. Eh oui, j'ai crevé... Pfff, c'est déjà pénible d'habitude, alors avec la fatigue, c'est juste éreintant de réparer. En plus il faut pomper...

Piste puis portage dans les broussailles. On rejoint un n-ième col. Le paysage est très chouette. On prend une piste, puis on chope la crête bien dégagée. Ouf, enfin le CP 30 ou je retrouve Olivier, Gueno-randonneur 2011. Ensuite, c'est pas très clair, poursuivre la crête, contourner un mamelon. Le Road book nous indique que la carte est fausse. D'aj à quand elle est bonne c'est pas facile...

Une coupe dré dans le pentu nous fit rejoindre un sentier à flan. On se suit vers le nord, cul de sac, on repart vers le sud. Cool, v'la la bonne intersection.

 

Nico : Après analyse, nous nous sommes trompé de mamelon… et sommes parti trop tôt et trop à gauche… et du coup nous sommes arrivés sur le chemin après le croisement que nous aurions du trouver en prenant au Nord…

 

Sam : Grosse descente technique dans les cailloux. Et puis, pour changer, portage sur 200m de D+.

 

j507.JPG

 

Déjà 24h qu'on est sur la section. Après cette épreuve, une longue piste nous mène au CP 31. On croit avoir fait le plus dur. On est à peine à 10km de buis à vol d'oiseau. Mais il reste qq cols. Et la traversée du Nible, pénible au possible. Il fait une chaleur écrasante. On se pose à l'ombre, je prends une photo de mes collègues, éprouvés. La moindre pente nous fait poser le pied à terre. La descente est à peine roulable.

 

Nico : je n’ai plus de frein avant… ou si peu… vraiment galère pour moi dans cette descente que demandait du pilotage.

 

j509-copie-1.JPG

 

Sam : On enrage. Il faut tenir, rester prudent. Enfin on aperçoit le CP, mais il faut remonter un longue piste sous la cagnard.

Ca y est, on pose défensivement les vélos, qu'on aura porté plus que l'inverse. Il y a beaucoup de monde à la transition, car toutes les équipes ont été rapatriées vers l'arrivée. On fait vite, pour éviter les embouteillages. Et c'est reparti, équipés montagne.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

doune 21/11/2011 22:28


t'as vraiment un don pour écrire des récits de course toujours aussi captivant... manquait 2-3 images à la GoPro et c'était vraiment TOP !


En tout cas, tu m'as donné envie de m'inscrire à ce Raid... en 2013 :)

nicnic38 29/11/2011 13:52



on est 4 a écrire ;-)