Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de nicnic38

RAID IN FRANCE : PARTIE 2

14 Décembre 2014 , Rédigé par nicnic38

Trek 2

Marine : On repart dans la nuit; je n'ai pas réussi à dormir en même temps que les autres et je le paie rapidement. On finit par faire un stop qui me fait du bien : quel bonheur de dormir par terre dans un chemin ! Le trek est de taille moyenne (30 km), mais il pleut fort ce qui rend la marche en forêt difficile, pourtant nous progressons régulièrement. Fred : Une bonne montée de quelques heures pour commencer, j’ai du mal à trouver un départ de chemin qui monte dans une vallée, puis j’en trouve un qui monte bien raid. Après 30min de montée il finit en cul de sac, oups, pas gloop. Bon je suis assez confiant sur ma position, alors je décide de couper à travers bois. Nous progressons à flanc de montagne, dans les bois, sous la pluie et de nuit. J’espère que cela ne va pas trop durer, j’ai peur que mes compagnons craquent et me trucident. Mais ça va, ils ont le moral et au bout de 30 min nous arrivons sur le chemin attendu. Un peu plus haut le chemin disparait petit à petit jusqu'à devenir inexistant. Une nouvelle coupe nous mène à un gros chemin qui nous fait passer la crête. Puis c’est long, long, il pleut en continu, le froid et le brouillard s’installent, comme la monotonie. Nico : Cette section est sans doute la partie la plus dure du raid… La pluie, le froid et la nuit… joli cocktail. Fred toujours aux manettes ne semble pas atteint pas les éléments et malgré ses tâtonnements nous mène par une piste à un… cul de sac. Hum… Non, non c’est très bien… D’autant que le jour se lève et que l’on voit la combe que l’on doit rejoindre… Il y a juste 40 minutes de coupe à flanc. Let’s go. On va ensuite trouvé la fameuse piste et hop ! Le moral remonte, mais ça ne discute plus trop. J’ai les mains humides et gelées et commence à ne plus sentir mes doigts… Je sais ce que j’ai à faire pour les 30 prochaines minutes… Marine : Je rêve du refuge situé à la prochaine balise où je pourrai mettre mon tee shirt sec ! Arrivés au refuge, on nous annonce que nous ne pouvons pas rentrer, car cela a été refusé aux autres équipes...argument entendu, sauf que certaines équipes y ont eu accès. Bref ! Je redémarre aussi rapidement que possible pour ne pas avoir froid. Nico : Rien de tel qu’un peu de D+ pour se réchauffer… Les quelques myrtilles glanées sont un vrai bonheur. Marine : J'ai tellement envie d'être au sec que je vois des maisons dans la forêt...Nico aussi ! (c’est vraiment pour te faire plaisir ;-))

Trek 3

Marine : On repart dans la nuit; je n'ai pas réussi à dormir en même temps que les autres et je le paie rapidement. On finit par faire un stop qui me fait du bien : quel bonheur de dormir par terre dans un chemin ! Le trek est de taille moyenne (30 km), mais il pleut fort ce qui rend la marche en forêt difficile, pourtant nous progressons régulièrement.

Fred : Une bonne montée de quelques heures pour commencer, j’ai du mal à trouver un départ de chemin qui monte dans une vallée, puis j’en trouve un qui monte bien raid. Après 30min de montée il finit en cul de sac, oups, pas gloop. Bon je suis assez confiant sur ma position, alors je décide de couper à travers bois. Nous progressons à flanc de montagne, dans les bois, sous la pluie et de nuit. J’espère que cela ne va pas trop durer, j’ai peur que mes compagnons craquent et me trucident. Mais ça va, ils ont le moral et au bout de 30 min nous arrivons sur le chemin attendu. Un peu plus haut le chemin disparait petit à petit jusqu'à devenir inexistant. Une nouvelle coupe nous mène à un gros chemin qui nous fait passer la crête. Puis c’est long, long, il pleut en continu, le froid et le brouillard s’installent, comme la monotonie.

Nico : Cette section est sans doute la partie la plus dure du raid… La pluie, le froid et la nuit… joli cocktail. Fred toujours aux manettes ne semble pas atteint pas les éléments et malgré ses tâtonnements nous mène par une piste à un… cul de sac. Hum… Non, non c’est très bien… D’autant que le jour se lève et que l’on voit la combe que l’on doit rejoindre… Il y a juste 40 minutes de coupe à flanc. Let’s go. On va ensuite trouvé la fameuse piste et hop ! Le moral remonte, mais ça ne discute plus trop. J’ai les mains humides et gelées et commence à ne plus sentir mes doigts… Je sais ce que j’ai à faire pour les 30 prochaines minutes…

Marine : Je rêve du refuge situé à la prochaine balise où je pourrai mettre mon tee shirt sec ! Arrivés au refuge, on nous annonce que nous ne pouvons pas rentrer, car cela a été refusé aux autres équipes...argument entendu, sauf que certaines équipes y ont eu accès. Bref ! Je redémarre aussi rapidement que possible pour ne pas avoir froid.

Nico : Rien de tel qu’un peu de D+ pour se réchauffer… Les quelques myrtilles glanées sont un vrai bonheur. Marine : J'ai tellement envie d'être au sec que je vois des maisons dans la forêt...Nico aussi ! (c’est vraiment pour te faire plaisir ;-))

RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2

Fred : Alors là, j’ai froid j’en ai marre et… je me marre à fond ! Notre Marine voit des trucs partout : des balises, des maisons, même un campement de tentes (sûrement une équipe de scoutes !!). Le pire c’est qu’elle arrive à persuader notre Nico. Tu vois il y a des tentes là-bas et Nico qui se demande ce qu’elles font là. Puis un gros chalet (sûrement l’envie d’un bon feu). Mais pas de chance, tout n’est que rochers disséminés dans la forêt !!

Marine : La pluie diminue et nous profitons d'un beau cheminement le long du Tarn. On a faim, et on espère trouver un truc ouvert au prochain hameau...hélas !

Fred : C’est super beau. Un magnifique pont de pierre nous fait stop une minute pour l’admirer. Arrive un moment que je ne vais pas oublier ! Marine, dans ces hallucinations, monte en puissance depuis quelques heures. Mais là, nous somment arrivés au top ! Nous marchons l’un à côté de l’autre sur un chemin plutôt monotone lorsque je la vois regarder une branche sur le bord du chemin. Elle me regarde, puis de nouveau la branche et encore moi… Son air interrogatif me pousse à lui demander ce qu’il y a. « Quoi ? Tu as vu ? » « Non quoi ? »  «  Ben l’équipe ! » «  ? Quelle équipe ? » «  Ben l’équipe qui dort ! » «  Ou ça ? » «  Ben là ». Elle s’arrête, repart en arrière vers la branche au bord du chemin, et là, bien sûr d’elle, à 50 cm de la branche, « ben là, l’équipe qui dort »… Hou là là, nous voilà bien ! Je suis mort de rire, elle a un peu plus de mal lorsque je lui dit que ce n’est qu’une branche et non 4 personnes qui dorment. Voilà un de ces grands moments de vie en raid long. Ca va nous égailler pour un bon petit moment.

Marine : Enfin c'est la transition du Masméjan. On prend le temps de soigner nos pieds et de remettre du sec avant de repartir en VTT...pour 88 km !

Nico : On a vraiment pris cher sur cette section. Heureusement la météo parfaite pour la transition : pas de pluie et presque du soleil (bon ce n’est quand même pas les grosses chaleurs). J’en profite pour me faire soigner une petite crevasse sous un pied.

Fred : Cela fait une bonne heure que nous sommes repartis en VTT lorsqu’en pleine fort je vois arriver sur le chemin à 80m de moi un chien ? Non. Un quoi alors ! Non... Un LOUP ! Peut-être… Je lève le bras pour stopper mes compagnons. Nous voilà tous les quatre les uns à côté des autres à regarder cet animal qui s’est planté bien droit devant nous à nous fixer. Nous sommes stupéfiés devant lui, personne ne parle. Un instant plus tard il décide de partir, je repars vite pour l’apercevoir disparaitre dans la forêt d’un pas rapide et sûr de lui. Cet instant pour moi était une énigme. Si c’est réellement un loup, c’est vraiment très fort ! Par la suite j’ai recherché des images de loup, et ça correspond parfaitement à ce que j’ai vu ce soir là. J’en suis persuadé c’était bien un Loup, trop Fort.

VTT 5

Marine : Une pause avec une autre équipe Maxi Race pour se ravitailler en route.

Fred : Il y a toujours un moment comme celui-là dans un raid long ; Un arrêt dans une épicerie / bar perdue au milieu de nul part et nous voilà à acheter de tout, du chocolat au saucisson que l’on mange en même temps que notre chocolat chaud.

Marine : puis ce sont deux cerfs qui nous passent sous le nez en traversant la route  vive allure : heureusement que nous n'allions pas vite !, quelques minutes plus tard, c'est une demi-douzaine de biches qui courent dans le pré en contre bas de route, dans le même sens que nous...les compteurs vtt indiquent 30km/h, quelques instants irréels, mais cette fois ci ce n'était pas une hallucination.

Nico : Vraiment magique cette séquence avec les biches à nos côtés dans la descente sur Mayhres. On croisera un convoi de véhicules de bénévoles qui nous annonce que la course est neutralisée… doute et tristesse

Fred : Oui c’est la soirée des animaux. Les kilomètres défilent et notre forme monte, monte ! Sur cette grosse section de route, nous roulons en relais. Ça roule très fort. Nous rattrapons les équipes les unes après les autres. Ca nous motive et personnes n’arrive à nous suivre. Ça fait plaisir d’avoir une forme pareille après ces jours de course. Puis nous croisons une voiture de l’orga qui nous annonce qu’ils stoppent la course. Nous relâchons un peu les 10 derniers kilomètres et profitons de ce parcours nocturne entre fatigue et rigolade.

Marine : Enfin nous arrivons au deuxième stop à Camprieu...juste avant un déluge d’eau! Ouf ! On essaie de se reposer un peu mieux sachant que la course est neutralisée à cause de l'épisode cévenol en cours. Tout le monde est là et en sécurité. Bravo à l'orga pour cette gestion de crise.

la cour des miracles
la cour des miracles

la cour des miracles

This is the End

Marine : Après quelques heures de sommeil au sec, Pascal nous annonce le programme : la course reprendra pour les sections de trek et de cheval, après un transfert au Grau du Roi en bus. Exit les sections de bateau avec les rivières en crue et impossible d'organiser une autre fin de course. Nous sommes tous aussi déçus que les organisateurs, mais soulagés aussi de pouvoir reprendre le jeu, en sécurité.

Nico : Fin de l’histoire… La suite sera quelque peu insipide… la journée de pose nous aura bientôt ramené sur terre… On profitera tout de même du temps passé ensemble, mais le voyage est fini… et en quelques sortes, nous sommes déjà sur le trajet du retour.

Marine : Dans l'après-midi, nous visitons la grotte qui devait abriter la section de spéléo...elle est magnifique, avec un lac à traverser, on reviendra une autre fois !

Guillaume : En voyant la beauté de cette section, j’en ai la gorge serrée… Sur les traces de Martel, le fondateur de la spéléologie moderne, 125 ans après lui, nous aurions comme lui remonté le « Bonheur » (nom de la rivière… Si si !), par l’abime de Bramabiau !!

Nico : C’est avec Guy (responsable de la section spéléo) que nous visitons la grotte…Il nous raconte un peu le programme et nous emmène sur la fin de la section. Il est presque plus déçu que nous que cette épreuve n’est pas lieu.

RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2

Marine : Petit restau le soir et départ à 3h du mat en bus cette fois. Au Grau du Roi nous sommes attaqués par des quantités de moustiques assoiffés de sang : ma plus dure épreuve de la semaine ! L'attente est longue jusqu'au moment de récupérer nos chevaux, mais c'est enfin notre tour : ils sont un peu cabochards au début mais nous finissons ensuite par avancer et faire la section avec l'équipe des Sud-Africains : 2h30 de balade au milieu des flamands roses !

Guillaume : Ma meilleure section ! Mon destrier est tellement cool qu’il fait tout ce que je lui demande (mieux que ne l’ait fait mon destrier à 2 roues).

Nico : Poinçonner une balise sur un cheval qui veut suivre ses copains… c’est compliqué… Comment dire… c’est impossible… Peut-être avec 3 mains… je descends donc… sous les yeux hilares de Fred… C’est surtout la remontée qui sera problématique, quand la selle tourne autour du corps du cheval… Mais tout fini bien ! Personne n’a rien vu… ça restera entre Fred et moi !

Marine : C'est déjà la dernière section : 11km sur la plage avec le soleil couchant : bien organisé comme timing ! Bien reposés par l'interruption de la veille, on court vers la ligne d'arrivée, accompagnés par les parents de Fred.

Nico : malgré le déroulement des évènements, on se régale à courir sur la plage… le sable tantôt dur tantôt mou est bien taquin… Je joue avec les vagues pour rester sur le dur… Et à ce petit jeu, on ne gagne pas à tous les coups… La plage est à nous… les foulées sont légères… ou pas… dernière balise : Fred à la baguette… Bravo Maestro ! L’émotion est quand même là… Moins intense qu’une fin de course, mais ce fut une belle aventure… Sans doute la plus dure des 5 dernières éditions, si elle n’avait pas été tronquée…

Guillaume : 11 km de course non-stop pour finir ! Je ne lâcherai rien pour partager ce plaisir avec mes coéquipiers mais dur-dur... Au bilan, je limite les dégâts malgré ma préparation physique un peu limite. Mes coéquipiers étaient très forts tous dans leur domaine et nous en avions encore sous le capot pour finir en beauté les 2 jours restants… comment prévoir ?

Marine  : C'est déjà fini, je suis heureuse d'être arrivée, sans blessure, tous les quatre. L'interruption a certainement changé la donne en termes de fatigue et de course car nous étions plutôt mieux que d'autres équipes. Mais pour une première sur cette durée, c'est une réussite. À quand le prochain, et où ??

RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2

EPILOGUE

retour  à la vraie vie... un vrai lit... une chaise... quelle merveilleuse invention!!!

Remise des prix...

RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2
RAID IN FRANCE : PARTIE 2

et un peu de rangement...

RAID IN FRANCE : PARTIE 2

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article